Le projet

REDIRECTION DU SITE (certaines fonctionnalités sont restreintes ici) : https://towellesstraveler.wixsite.com/tour c’est là que j’écrirai tout

Le tour du monde en stop, sans avion.

Vous retrouverez ici toute l’aventure que je m’apprête à vivre. C’est pour moi l’occasion d’une vie et j’ai donc décidé de la partager. Si j’en reviens grandi, peut-être le serez-vous aussi ? On va dire que c’est notre doctorat en anthropologie. Une partie sera en anglais pour permettre à tous de comprendre, allez donc la voir aussi !

Notes

  • Il n’y a pas besoin de voyager pour se trouver ou s’ouvrir au monde, même si c’est une méthode qui a fait ses preuves si les bonnes conditions sont réunies. Le bout du monde peut être derrière votre porte. À vous de le trouver si vous le voulez.
  • Mon action a des conséquences. Ne pas prendre l’avion, faire du stop et peu consommer permet de les limiter pour la planète quand je voyage. Si vous souhaitez aussi agir, allez lire https://bonpote.com/.

Questions / Réponses

  • Pourquoi “The Towelless Traveler” ?

“Le voyageur sans serviette” en anglais. C’est pour représenter l’état d’esprit minimaliste dont il faut faire preuve pour voyager léger. Il m’est arrivé de ne pas prendre de serviette par souci de place et de me débrouiller très bien avec un gant de toilette, d’où le nom.

  • Pourquoi un tour du monde ?

Et pourquoi pas ? Faire géographiquement le tour n’est pas très important, c’est la formulation qui résonne avec l’aventure, la découverte. C’est un moyen de se lancer un défi pour nourrir mon envie d’explorer le monde qui est apparue pendant mon année en Erasmus. Le voyage me permet de sortir de ma zone de confort, ce qui me permet ensuite d’apprendre sur moi-même et les autres.

  • Pourquoi en stop ?

Le stop permet bien sûr de moins dépenser, mais ce n’est pas pour ça que je l’ai choisi. En stop on peut rencontrer des locaux facilement, qui sont prêts à échanger sur leur vie et à vous donner un autre point de vue sur le monde. C’est aussi un bon moyen d’épicer un peu l’aventure : on ne sait pas si quelqu’un va s’arrêter. Le début est stressant mais c’est un excellent exercice pour s’habituer à l’imprévu.

  • Pourquoi pas d’avion ?

Pour moins polluer. Quand j’ai commencé à voyager seul j’étais trop enthousiasmé à l’idée d’explorer un nouvel endroit pour réaliser que prendre autant l’avion était réellement nocif. Je n’avais pas le temps de prendre le temps. J’ai ce luxe maintenant alors j’en profite. Et puis, vous n’êtes pas frustrés de ne pas visiter tous les lieux que vous survolez quand vous êtes en avion ?

  • Pourquoi maintenant, en pleine pandémie de COVID-19 ?

La situation s’améliore et je ne compte pas attendre une prochaine crise mondiale pour partir.

  • C’est pas un peu trop risqué ?

Si je ne prends pas de risques, je ne ferai rien. Il faut prendre des risques mesurés, pas inconsidérés, et prévoir le pire. Oui le pire peut arriver, que je parte, ou que je reste. Si je ne pars pas je le regretterai toute ma vie. Le choix est vite fait pour moi, je ne remets pas en question le vôtre (ou suis-je en train de le faire ?).

  • Quel impact cela aura-t-il sur ta carrière professionnelle ?

C’est une question sur laquelle j’ai longuement réfléchi et j’en ai conclu ceci : s’il y a un impact, il sera dans la bonne direction. J’ai fait mes études par soif de connaissance, pas pour exercer une position spécifique. Je ne vais pas monter les échelons aussi vite que mes camarades qui commencent à travailler maintenant, mais est-ce que je le voudrais vraiment ? J’ai la possibilité de réaliser mes rêves dès maintenant alors j’y vais.

Articles récents

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

Create your website with WordPress.com
Get started